Inbound marketing : Trucs & astuces vérifiés pour créer une publication engageante & augmenter votre trafic !


On peut quasiment parler d’art. Un art en constante mutation avec les usages de plus en plus fréquents du mobile. On sait déjà que le choix du sujet, du titre ou même du site ont un poids prépondérant pour le lecteur.

Alors comment intéresser quand on est un blog encore peu connu, et que l’on traite de sujets un peu plus folkloriques. Heureusement, il existe des astuces « génériques » qui peuvent permettre aux néophytes mais aussi aux blogueurs plus aguerris de développer leur trafic en publiant efficacement leurs articles. Je vous livre de but en blanc toutes mes astuces issues des quelques mois de blogging que j’ai dans les jambes. N’hésitez pas à commenter pour discuter de vos outils et leur utilité dans votre quotidien. Que cet article serve de rampe de lancement à un débat de fond et de forme.

Privilégiez des visuels attrayants

La publication d’un article, c’est un peu comme la vitrine d’une boulangerie. Si on la met bien en valeur, les clients afflueront et feront table rase sur vos produits. Pour vos billets de blog, c’est exactement la même chose.

Vous devez pouvoir illustrer votre article par une image en rapport avec le sujet, ce qui correspond à une règle de fond, mais vous devez surtout faire attention à la règle de forme, en respectant les dimensions relatives à chaque réseau, et en oubliant pas bien sûr d’effectuer quelques retouches pour véhiculer une émotion à votre auditoire.

Concernant le fond, j’utilise souvent Flickr pour le choix de mes visuels, en veillant bien sûr à utiliser le filtre de licence pour avoir des images libres de droit. Sinon, il existe un site, Allthefreestock, qui regroupe plusieurs plateformes d’images libres de droit, toutes provenant d’artistes bienveillants et qui offrent des photographies de haute qualité.

inbound marketing redaction web marketing de contenu

S’agissant de la forme, je me réfère souvent à cet article du Blog du Modérateur, qui répertorie toutes les dimensions à respecter selon que vous publiez une photo de couverture ou une image dans une publication. Si la dimension est respectée, il faut aussi ne pas être gourmand sur le poids de l’image. De nombreux sites et logiciels permettent leurs réductions mais mon logiciel préféré reste Jpeg Mini qui réduit bien souvent le poids de mes images de moitié. Vos lecteurs vous en remercieront pour le temps de chargement des pages, très important en SEO.

Pensez à citer dans vos publications

Que vous publiez sur Facebook, Twitter ou Instagram, n’ayez pas peur d’associer un utilisateur ou une entreprise à votre publication, surtout si votre article en concerne une. En effet, en ajoutant un nom sur ces réseaux grâce à la fonction ‘@ + le nom’, votre publication alertera la personne concernée qui sera plus à même de partager, liker, retweeter. Le fait même d’être cité flatte toujours un peu et favorise ce type d’interactions.

Souvent, je nomme dans mes tweets ceux dont je parle dans mes articles, et il est très fréquent que ceux-ci mettent en favori ou retweetent mon tweet. Le but de cet engagement est que mon tweet sera désormais visible sur le fil d’actu de la personne citée. Pour un peu que le compte nommé ait une bonne base de fans ou followers et que l’opération se répète, les interactions peuvent se multiplier et donnent directement une autre dimension au post. Exemple avec ce tweet publié il y a quelques jours qui, à notre niveau, nous a montré qu’en citant, on pouvait obtenir des résultats encourageants.

Montrez que vous vous êtes vous-même engagé avant de forcer l’engagement

C’est bien souvent un des écueils dans la rédaction d’un billet. Vous avez beau écrire un bel article de plusieurs centaines (milliers) de mots, avec des visuels, des chiffres, des témoignages et tout ce que vous voudrez d’intéressant, si vous ne vendez pas bien votre travail, personne ne viendra à vous.

On ne vous donne que quelques lignes sur les réseaux sociaux pour donner envie de lire, autant dire qu’il est délicat de trouver le bon dosage entre l’auto-promotion et la valeur ajoutée pour les lecteurs. L’astuce est de parler de votre expérience, « sortir les tripes ». Les internautes aiment souvent les récits d’expérience, les « comment j’ai changé ma vie en…. ». Ici, vous mettez en avant indirectement votre billet en vous mettant au niveau de simple être humain qui partage une histoire qui a eu un impact réel. De toute façon, les faits le montrent mais les entreprises, blogs ou personnes qui font trop d’auto-promotion ont une audience faible et trouvent l’inverse de ce qu’elles venaient chercher : le désengagement.

Respectez donc la règle 80/20 pour ne pas forcer l’Inbound Marketing : 8 posts sur 10 réservés à l’actualité de votre domaine d’activité et 2 posts d’auto-promotion sur votre entreprise ou votre blog. Tout le monde sait que vous connaissez bien votre blog, alors montrez que vous menez une veille sérieuse dans votre domaine ;-).

Vos amis seront vos principaux soldats de bataille

C’est une réflexion que je ne cesse de me faire depuis des semaines mais j’oublie moi-même de solliciter mes propres amis, de peur de les déranger peut-être pour partager mes publications. En effet, sachez que, quand vous publiez sur Facebook, seulement 7% de vos fans verront votre publication. C’est la portée organique moyenne d’un post sur cette plateforme. Et cette portée ne cesse de baisser, ce qui implique d’autant plus de travail, de créativité pour créer de l’engagement. Dès lors, l’astuce logique est de demander gentiment à 1 ou 2 amis de partager, ou de liker votre article.

L’effet direct est que votre billet réapparaîtra dans le fil d’actualité des amis de vos amis, etc… si les interactions se poursuivent. Vous obtiendrez encore plus de succès si votre publication intègre une vidéo, qui marche encore mieux qu’un visuel ou qu’un simple texte, puisque sa portée organique est de 12% pour une vidéo. Dans tous les cas, sachez que vos amis seront toujours vos premiers alliés donc « utilisez »-les…après tout, une communauté se crée avant tout par le bouche à oreille et les degrés de connaissance.

L’avenir appartient à ceux qui maîtriseront le Newsjacking

C’est un des défis des blogueurs et journalistes modernes que celui du Newsjacking, littéralement « capturer l’information ». La capturer pour mieux l’exploiter et l’utiliser dans un post original qui engage une communauté beaucoup plus large que dans des publications dites classiques.

En effet, ici, la logique est totalement différente. Par exemple, en réagissant à la panne de courant lors du Superbowl, Oreo a lancé une bombe avec son tweet, ce qui leur a valu un engagement déjà énorme de la part de leur communauté mais surtout un réel buzz externe qui a touché même ceux qui ne connaissaient pas la marque mais qui ont vu l’ingéniosité de la publication. Intégrer l’identité d’une marque au sein d’une actualité, c’est très fort mais c’est aussi très dur et les mauvais exemples sont aussi légion, comme celui des 3 Suisses pendant la catastrophe à Charlie Hebdo.


On a beau vanter les mérites d’Adwords, et des publicités sponsorisées sur Facebook ou Twitter, mais ce sont des montants très élevés pour les marques. Le formidable buzz d’Oreo leur aura coûté 0 €, ce qui prouve que la créativité et surtout la réactivité n’ont pas de valeur.

Alors, je sais bien que le newsjacking demande d’être tenu informé à la seconde près, d’être bombardé de notifications push mais c’est la rançon de la gloire si on veut créer un post engageant, et qui plus est qui sera en tête de proue puisque vous aurez été le plus rapide à réagir.

Pour suivre l’actualité et les tendances du digital et du blogging, retrouvez toutes nos aventures sur Les Hiboo. Avec toujours plus de passion, d’explications, et d’humour !

Nicolas Laurent

Nicolas Laurent

Passionné de nouvelle technologies, de marathons et de voyages, j'espère vous emmener loin avec moi comme Forrest Gump mais sans la barbe. J'ai beaucoup d'humour comme vous pouvez le voir et j'aime en glisser dans mes articles qui pourtant traitent de sujets de fond. Mon prochain objectif : le marathon de Budapest en octobre 2015.
Nicolas Laurent

Laisser un commentaire